Appel

lundi 11 juillet 2011

Double-peine pour les enfants de chômeurs en Haute-Savoie

Jean Denais, le maire UMP de Thonon-les-Bains, en Haute-Savoie, a décidé de "restreindre" à la rentrée prochaine l'accès des enfants de chômeurs aux cantines scolaires en raison "du manque de place", a dénoncé vendredi un parent d'élève.
La cantine scolaire va-t-elle devenir un privilège réservé aux familles riches et de fait, exclure les enfants de familles en difficulté ? Après la décision de la municipalité d'Epône dans les Yvelines de donner la priorité aux familles de parents actifs, c'est au tour de Thonon-Les-Bains de prendre cette même décision bafouant ainsi les principes de l'école laïque.
"Lorsque j'ai voulu inscrire mon fils de 10 ans à la cantine pour la rentrée, comme je le fais depuis quatre ans, on m'a rétorqué que quatre jours par semaine ce n'était pas possible car j'étais au chômage", a raconté Christophe, demandeur d'emploi depuis le mi-mai. "Il est difficile d'expliquer à un enfant que d'un seul coup, parce que son père est au chômage, il n'a plus le droit d'aller à la cantine. C'est une affaire d'adulte qui ne le regarde pas", a souligné le père de famille.
Le règlement intérieur, voté par le conseil municipal de Thonon-les-Bains en avril dernier, exige des demandeurs d'emploi de fournir à la ville, à partir de septembre 2011, un justificatif de présence à un entretien d'embauche ou à une formation pour que leur enfant déjeune à la cantine dans la limite des places disponibles."On n'a jamais voulu stigmatiser les chômeurs, mais face à des problèmes de places, nous avons dû établir un critère, qui nous semble juste, celui de la disponibilité des parents", se défend le maire de Thonon-les-Bains. "Nous ne voulons pas priver les enfants de chômeurs de cantine, mais donner la priorité aux familles qui travaillent et ne peuvent pas les garder".
Dominique Francesconi, présidente de la FCPE d'Epône, rappelle dans le Parisien que "manger à la cantine, c’est un critère d’intégration pour les enfants. La restauration scolaire doit être à la portée de tous, sans distinction sociale. Ce principe est indiscutable."
Lire la suite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire