Appel

vendredi 26 août 2011

Education: la politique du gouvernement décriée par les Français

Un sondage CSA révèle que 82% des Français estiment que le non-remplacement d’un enseignant sur deux partant à la retraite est « une mauvaise chose ». « La défiance envers le gouvernement est sans appel » a déclaré le secrétaire général du syndicat SNUipp-FSU, Sébastien Sihr.
La politique de non-remplacement d’un enseignant sur deux est même « une très mauvaise chose » pour 54% des personnes interrogés. En début de mandat, Nicolas Sarkozy avait promis de diviser par trois le nombre d’élèves en difficulté à l’entrée de la sixième, en l’espace de cinq ans. Or, 61% des Français jugent que le gouvernement va plutôt dans « le mauvais sens » en ce qui concerne « la réduction de l'échec scolaire », 59% partagent cette opinion pour « la formation des enseignants » et 63% pour « la valorisation du métier d'enseignant ».
Le sondage dit aussi que l'école et l'éducation restent un sujet de forte préoccupation des Français: 35% les citent comme un enjeu important aujourd'hui en France, juste derrière l'emploi (42%). Une personne sur deux (50%) estime aussi « tout à fait prioritaire » que les pouvoirs publics « donnent plus de moyens » aux écoles primaires, tout en jugeant à 73% que l'école maternelle fonctionne bien et à 62% pour l'école élémentaire.
Les fédérations et les syndicats de l’éducation nationale, dont le SNUipp-FSU, avait lancé un appel à la grève programmée le 27 septembre. Depuis 2007, près de 50 000 postes d’enseignants ont été supprimés, 16 000 le seront lors de la rentrée qui se profile. « L’heure est plus que jamais à la poursuite de la mobilisation » peut-on lire sur le site du syndicat.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire