Appel

samedi 3 septembre 2011

GENERATION REVOLUTION : Ils se les frisent pendant qu’on se tape leur crise !

Crise pour tout le monde ?
C’est la crise ! Tout le monde le dit, tout le monde le sait. Mais ce n’est vraiment pas la crise pour tout le monde ! Cette année, alors que le nombre de chômeurs dépasse les 200 millions dans le monde (dont plus de 80 millions de jeunes !), les milliardaires viennent de battre un double record : ils sont de plus en plus nombreux (1 200) ; surtout, ils détiennent à eux tous plus de 4 500 000 000 000 $, soit 15 fois le budget de la cinquième puissance mondiale, la France !En France, c’est cette même logique capitaliste qui s’applique : toujours plus pour ceux qui ont tout ; toujours moins pour ceux qui travaillent, toujours moins pour les jeunes !
Le système capitaliste est fou : près d’un jeune sur quatre au chômage ; plus de 8 millions de personnes sous le seuil de pauvreté (+300 000 en un an selon l’INSEE). Pendant ce temps-là, les riches s’engraissent toujours plus : mamie Bettencourt et ses amis ont la belle vie !


La crise a bon dos : Sarko-le-boucher joue les médecins !


Sous ses airs de Dr. House, Sarkozy a échangé le scalpel contre la hache et coupe à tout va dans les dépenses de l’État (services publics, éducation, santé…). Pour plaire à ses amis boursicoteurs et aux fameuses « agences de notation », il a dégainé un « plan d’austérité » : 10 milliards de dépenses en moins et des taxes supplémentaires que tout le monde paiera (sodas, parcs d’attraction…). Pendant ce temps là, il a quasiment supprimé l’impôt sur la fortune (plus de 2 000 000 000 € de cadeau à la bande du Fouquet’s !). En clair, il demande toujours plus à ceux qui ont moins et toujours moins à ceux qui ont plus.
C’est aussi injuste socialement (galère de masse VS richesse de masse pour une poignée de gugus) qu’inefficace économiquement (pas d’argent pour les jeunes et le peuple, pas de consommation, pas de croissance) ! Mais, au cas où on voudrait démocratiquement changer de politique, Sarko essaie de tout cadenasser : c’est ce qu’il appelle la « règle d’or ». Le principe est simple : élisez qui vous voulez pourvu qu’il garde la hache à la main pour amputer les services publics et toutes les dépenses de l’État. Ben oui, comprenez : la démocratie, c’est sympa mais faudrait pas que ça touche aux milliards des copains.

En France comme en Europe les jeunes refusent d’être sacrifiés !


Il n’y a qu’un capitalisme, celui qui broie nos vies, ensemble luttons !!


Lire la suite 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire