Appel

lundi 2 janvier 2012

Retour sur les six derniers mois de lutte « La lutte du printemps 2010 a permis d’élever les consciences »

Quoi de plus naturel pour Rouge Midi que de commencer l’année par une interview de quelques fralibiennes et fralibiens ?…
Ce 30 décembre, après avoir mangé dans la bonne humeur avec la trentaine de salarié-e-s présents, on se retrouve avec quelques uns d’entre eux dans le local du CE dans cette période un peu plus calme d’entre les fêtes. L’ambiance est détendue. Déterminée, offensive, mais sereine et détendue. Il y a là Omar, Gérard, Yves, Olivier, Bob, Henri, Nadège… entre deux plaisanteries on échange sur le conflit. Une occasion pour se remémorer les moments forts qu’on a vécu ensemble pour une grande part et de faire un petit retour en arrière sur les derniers six mois d’une lutte dont il est difficile de dater le début (septembre 2010 date d’annonce de la volonté de fermeture ? 8 mars de la même année date du début du conflit sur les salaires ?) tant elle ne semble pas avoir cessé depuis.
Lutte pour les salaires et l’emploi, mais aussi et surtout lutte pour une appropriation des richesses pour une gestion équitable de celles-ci par les travailleurs comme le disent si bien celles et ceux que l’on voit dans le film Pot de thé, Pot de fer.
On s’est vus il y a 6 mois (je veux dire pour une interview…officielle) quel regard portez-vous sur cette période ?
Quand on s’est vus on était dans un moment creux de la lutte. Les licenciements sont intervenus en août et malgré tout on a continué. On a mis l’usine sous surveillance pendant l’été, UNILEVER voulait nous laisser à la maison. On a décidé en AG où on était 100 d’occuper l’usine (98 votes pour) et dès le 2 on a occupé.
Ensuite ce sont enchaînés les problèmes juridiques et UNILEVER a accéléré pour vider l’usine et si on avait laissé faire on ne serait plus là. On a fait beaucoup d’initiatives, train touristique, stand de thé…On a fait une initiative par semaine (Aix, Le Vieux Port,…on s’est rendus visibles…
Lire la suite 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire