Appel

samedi 19 mai 2012

Législatives : pas d’accord face au Front national

Les négociations autour d’une union des forces de gauche face « au risque FN » ont pris fin, hier. Si chacun regrette cet échec, le PCF et le PS restent ouverts à des accords locaux.
Après plus d’une semaine, émaillée parfois de quelques tensions, les négociations nationales ont pris fin, hier, entre le Front de gauche, le PS et Europe Écologie-les Verts, sans avoir pu aboutir. « Nécessaire et possible, cet accord (pour définir des candidats uniques à gauche – NDLR) n’a pourtant malheureusement pas été conclu », a regretté Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, qui y voit « un très mauvais signe pour le rassemblement nécessaire à gauche ». « Si chaque partenaire prend sa part d’effort, l’accord est désormais possible à toute heure », avait-il estimé avec Martine Billard, coprésidente du Parti de gauche, mercredi, dans un communiqué commun, coupant court aux rumeurs de divisions entre leurs deux formations. Pour sa part, le Front de gauche avait formulé des propositions concernant 29 circonscriptions, sur la cinquantaine concernées. Le PG, accusé un temps de « blocage » par Europe Écologie-les Verts, avait pris l’initiative d’une conférence de presse pour faire part de sa disponibilité avec « au minimum une circonscription gagnable ». « La plus facile est la 3e du Val-de-Marne », avait alors estimé Éric Coquerel, en charge des négociations. Mais « en une semaine, nous avons fait une dizaine de propositions différentes, toutes refusées », a-t-il affirmé hier.
Lire la suite  

Communiqué du Parti Communiste Français
Échec de l'accord PS/EELV/FDG : « un accord était nécessaire et possible " 
Alors qu'un accord entre partis du Front de gauche, Parti socialiste et EELV pour désigner des candidats uniques de la gauche dans les circonscriptions à risque FN ou risque d'élimination de la gauche au 2ème tour était nécessaire et possible, il n'a pourtant malheureusement pas été conclu. C'est irresponsable. C'est un très mauvais signe pour le rassemblement nécessaire à gauche. 
Le PCF s'est totalement impliqué dans la recherche de cet accord. Il a multiplié les propositions et a indiqué à plusieurs reprises et jusqu'à la dernière minute aux négociateurs et aux dirigeants du PS et d'EELV que le PCF était disposé à signer le compromis, malgré les insuffisances qu'elles contiennent pour le Front de gauche, auquel les discussions étaient parvenues cette semaine. 
Le PCF et ses candidats, qui vont mener avec le Front de gauche dans un esprit de conquête le combat législatif qui s'annonce, restent disponibles pour discuter localement là où s'avéreraient indispensable, des accords locaux pour écarter le risque qu'un accord national n'a malheureusement pas pu écarter.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire