Appel

mercredi 9 mai 2012

Tremblement de terre électoral en Grèce

La coalition de gauche radicale passe en tête dans toutes les grandes villes et dans la tranche d’âge 18-35 ans
La suspension du paiement de la dette et l’annulation des plans d’austérité étaient au cœur de sa campagne
par Eric Toussaint

1. Les résultats Syriza coalition de gauche radicale devient le deuxième "parti" en importance en passant de 4,5% aux précédentes élections (2009) à 16,8% des voix (52 députés au lieu de 13). Il est le premier parti dans toutes les grandes villes. C’est la liste qui a reçu le plus de suffrages dans la tranche d’âge 18 à 35 ans.
Le Parti socialiste (PASOK) perd 2/3 des voix qu’il avait obtenues en 2009 (il passe de 44% à 13,2%, il perd 119 députés, passant de 160 à 41 sièges au parlement !). Le PASOK paie cash en termes de voix et de parlementaires sa politique pro austérité, sa soumission aux intérêts des grandes entreprises privées et de la Troïka.
Nouvelle démocratie, le parti principal de la droite qui est entré au gouvernement à partir de décembre 2011, premier parti lors de ces élections, perd aussi énormément de voix, il passe de 33,5% à 18,9%. En termes de sièges au parlement, il progresse en raison d’une disposition scandaleuse de la loi électorale grecque qui donne d’office un supplément de 50 députés au parti qui a reçu le plus de suffrage. C’est ainsi que Nouvelle démocratie qui a perdu 40% de voix gagne 17 députés (il passe de 91 députés à 108 députés). De plus, il faut savoir qu’à la veille des élections du 6 mai, Nouvelle Démocratie n’avait plus que 71 députés car il avait subi de nombreuses défections (le PASOK de son côté avait vu 31 députés le quitté entre 2010 et 2012 en protestation pour son orientation antipopulaire). Alors que Nouvelle Démocratie n’a que 2,1% de plus que Syriza, il obtient plus du double de sièges au parlement (108 pour Nouvelle démocratie contre 52 pour Syriza).
Aube dorée, groupuscule néo nazi disposant de groupes de choc fait une entrée dans le parlement. De presque rien il obtient près de 7% des voix et 21 députés. Il va pouvoir disposer des deniers publics pour se consolider.
Le Parti Communiste KKE progresse très légèrement (passant de 7,5 à 8,5%, il gagne des sièges de députés, passant de 21 à 26).
Gauche démocratique -DIMAR- (scission de Syriza en 2010-2011) obtient 6% des voix et 19 députés.
Les Verts ne sont pas sûrs d’atteindre le seuil nécessaire pour avoir des députés (3%), de même pour le parti d’extr.-droite Laos qui paie très lourd sa participation au gouvernement (il avait 17 députés aux dernières élections).
Antarsya (coalition de l’extr.-gauche ) semble stagner à 1,1%
A la gauche du PASOK : Syriza + PC (KKE) + Dimar + Antarsya = 97 sièges (c’est provisoire) au lieu de 34 sièges en 2009. Il semble que ce soit le résultat le plus important de la gauche à la gauche du Pasok depuis 1958.
Lire la suite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire