La fete des Allobroges

jeudi 7 juin 2012

« Rassemblement bleu Marine » : bienvenue au musée des horreurs de l’extrême droite

Par Ivan du Roy
Pour les législatives, les candidats du FN se présentent sous l’étiquette « Rassemblement bleu Marine », histoire de continuer l’opération de dédiabolisation initiée par Marine Le Pen. Mais derrière l’emballage se cachent encore et toujours les divers courants d’extrême droite, des intégristes catholiques aux nostalgiques de l’Algérie française, en passant par les amis des négationnistes. Petit panorama de ces charmants candidats choisis par le FN, qui n’est décidément pas un parti « normal ». 
 lls sont tous candidats du « Rassemblement bleu Marine » aux législatives. Et comptent bien surfer sur le score de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle (17,9 % des voix) en tentant de faire oublier – dédiabolisation oblige – le patrimoine historique et idéologique du Front national (FN). Un patrimoine que ces cadres et élus du FN incarnent parfaitement, chacun représentant un courant de pensée de l’extrême droite française : des nostalgiques de l’OAS (Organisation armée secrète, opposée à l’indépendance de l’Algérie, qui a assassiné de 1962 à 1964 entre 2 000 et 12 000 personnes selon les historiens) aux intégristes catholiques de la Fraternité Saint-Pie-X, du GUD (Groupe union défense), groupuscule qui s’est illustré par ses actions violentes dans plusieurs universités, aux islamophobes du Bloc identitaire, des négationnistes du génocide juif aux ex-skinheads adeptes du folklore viking et néonazi. Petit panorama de la diversité de l’extrême droite, rassemblée derrière Marine Le Pen.
Bouches-du-Rhône
– Jean-Pierre Baumann (5e circonscription)
Jean-Pierre Baumann compte bien perturber le duel entre Renaud Muselier (UMP) et Marie-Arlette Carlotti (PS), dans une ville où Marine Le Pen a recueilli plus de 21 % des suffrages. Il est une figure du FN local de longue date : le 21 février 1995, c’est chez lui que se réfugient les trois colleurs d’affiches du FN qui viennent de faire feu à plusieurs reprises sur un groupe de jeunes Marseillais.
Lire la suite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire