Appel

vendredi 31 août 2012

M. Le Premier Ministre, nous exigeons autre chose d'un gouvernement de gauche que des emplois sans avenir!

Alors qu'est examiné aujourd'hui en conseil des ministres le projet de loi sur les « emplois d'avenir », les premiers éléments dont nous disposons ne sont pas rassurants, ils sont mêmes très inquiétants.
S'il s'agit pour le premier ministre Jean-Marc Ayrault,  de "créer tout de suite un nouveau contrat de travail pour les jeunes", l'expérience montre que derrière cette ambition aux apparences respectables se cachent 35 ans d'échecs de politique de l'emploi des jeunes: les TUC, CES, les contrats d’avenir, les contrats jeunes ou encore les contrats uniques d'insertion: voilà autant de mesures qui ont cassé la stabilité de l’emploi et la sécurité de nos vies.
Cette proposition du gouvernement s'inscrit toujours dans cette logique insupportable selon laquelle les jeunes ne pourraient entrer dans le monde du travail que par la petite porte : celle du sas de précarité parce qu'ils constitueraient un coût!
Ces emplois d’avenir sont en effet selon le ministre m. Sapin, « des CDI d’une durée de 1 à 3 ans » ! Voilà l'innovation: le CDI à durée limitée. En fait la subtilité réside dans le fait que ces emplois seront financés à 75% par l'État pour une durée de 1 à 3 ans. N’ayant pour le moment aucune information sur l'obligation d'embauche par l’employeur au terme de cette aide, on peut légitimement supposer que nombre de ces emplois ne seront pas pérennisés.
L'inquiétude est toute aussi vive pour la partie de ces emplois d'avenir « professeurs »  destinés à l'Education Nationale. Ne sachant pas pour quelles missions ils seront utilisés, le danger est grand que ce type d'emploi ne dissimule de nouvelles attaques contre le statut des enseignants en créant une nouvelle catégorie de « quasi-enseignants » précaires, peu formés et mal payés.
Rien de précis n'est en effet prévu sur le volet formation de ces emplois, chose qui avait pourtant déjà lourdement fait défaut avec les emplois jeunes afin de garantir une insertion durable dans l'emploi.
Leur rémunération est évidemment bien faible : en cumulant les aides sociales et le salaire à mi-temps, on parviendrait difficilement à 900€/mois soit un revenu inférieur au seuil de pauvreté.
Lire la suite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire