Appel

lundi 27 août 2012

Traité européen : le pari du Front de gauche

C'est leur priorité de la rentrée. Le Front de gauche entend mobiliser contre le traité budgétaire européen. Dimanche 26 août à Saint-Martin-d'Hères (Isère), en clôture de l'université d'été du rassemblement, Jean-Luc Mélenchon a appelé à une "grande manifestation populaire" pour réclamer l'organisation d'un référendum sur le sujet. "Tous à Paris pour montrer la force qui dit non", a-t-il lancé à la tribune. La date n'est pas encore fixée mais ce rassemblement devrait intervenir fin septembre peu de temps avant que le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), qui introduit une règle d'or budgétaire, ne soit soumis à ratification. Ce qui devrait intervenir en octobre.
Depuis des mois, le Front de gauche est opposé à ce texte, qualifié "d'austéritaire". Et estime que François Hollande n'a pas tenu son engagement de campagne de le renégocier. Selon eux, le traité est le même que celui négocié par Nicolas Sarkozy. "Qu'est-ce qui a changé ? Rien ! Pas une ligne, pas un mot, pas une virgule, pas un guillemet, pas une référence, rien !", a déploré M. Mélenchon dimanche, lui qui avait moqué vendredi "le pseudo et ridicule pactounet de croissance" que François Hollande dit avoir obtenu.
Calendrier serré
Le calendrier est serré et ne laisse que peu de temps pour mobiliser. "C'est vrai que c'est pas très bien parti, reconnaît Pierre-François Grond, ancien du NPA et nouveau au Front de gauche avec la Gauche anticapitaliste. Mais on a encore plus d'un mois." Un temps que les partis entendent utiliser pour multiplier réunions d'informations, débats, meetings sur le sujet.
"Il s'agit d'aider les Français à décrypter ce contient le traité", indique Pierre Laurent, qui devrait être amené à se prononcer sur le texte. Le numéro un communiste a en effet confirmé ce week-end qu'il deviendrait sénateur en septembre, après que Nicole Borvo Cohen-Seat aura démissionné. La Fête de L'Humanité, qui se tiendra du 14 au 16 septembre à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), sera un moment clé du dispositif. "L'idée selon laquelle vous allez pouvoir continuer à enfumer tout le monde, ce temps là est terminé parce que nous sommes là", a expliqué M. Mélenchon dimanche.
Lire la suite 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire