Appel

lundi 3 décembre 2012

Mélenchon: "L'écosocialisme, nouvelle définition de la démarche socialiste"

Le cofondateur du Front de gauche appelle ce jeudi à un changement de "centre de gravité" dans la majorité vers la gauche, dans lequel il se dit "prêt à être Premier ministre". Il met surtout au coeur de son projet l'écosocialisme, qui se trouvait déjà dans le programme du Front de gauche à la présidentielle à travers la Planification écologique.
Extraits de ce long entretien donné à Rue 89.
  • Changement d'équilibre à gauche
"Il y a une majorité de gauche à l’Assemblée : je propose qu’elle change de centre de gravité", explique Jean-Luc Mélenchon. Qui lance: "Je suis prêt à être Premier ministre, mais je peux aussi imaginer de ne pas l’être. Qu’une coalition se fasse avec des socialistes, des écologistes et des élus du Front de Gauche, sur une ligne de rupture évidemment avec la logique capitaliste et productiviste. C’est possible".
Le cofondateur du Parti de gauche ne veut pas attendre 2017 pour proposer une alternative aux Français. Il n'entend pas non plus laisser les clés à l'aile droite du PS, qui "ne peut quand même pas prétendre prendre tout le monde en otage avec un révolver sur la tempe, sur le thème : « Celui qui n’est pas d’accord avec ce que dit M. Ayrault se prépare à donner le pouvoir au Front national. »"
  • 2014, le point de bascule
"Le plan de marche ne date pas d’aujourd’hui", explique le leader du Parti de Gauche. "Je savais parfaitement que je ne pouvais pas d’un bond arriver sur la première marche. Je poursuis ma stratégie: essayer de passer devant les socialistes et proposer une majorité alternative de gauche." Le basculement à gauche, il le prévoit lors des municipales "et surtout les européennes à la proportionnelle en 2014".
  • La crise politique favorable au Front de gauche
"En réalité, on est en présence d’une double panne de synthèse politique et culturelle", affirme Mélenchon. Entre la droite qui "ne peut plus faire comme dans les années 90 et nous dire « le marché, ouiii ! »", qui ne trouve de liant que dans "la haine de l’autre, la xénophobie, la peur, la peur et encore la peur", et les "progressistes sont encore plus en faillite", qui "ne parviennent pas à proposer une réponse nouvelle aux aspirations des gens", l'espace est à prendre selon lui: "Nous sommes la force nouvelle. La nouvelle gauche." 
Lire la suite 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire