Appel

mercredi 2 janvier 2013

Grève de la faim des Sans Papiers lillois

Lille, le 1er janvier 2013

2013 sera-t-elle l’année du changement ? Pourra-t-on par exemple tolérer cette année encore que des personnes en soient réduites à mettre leur propre vie en danger pour avoir le simple droit de rester sur le sol français ?

Voici 2 mois que les sans papiers de Lille ont entamé une grève de la faim pour demander leur régularisation et pour voir reconnu le droit de leur comité à défendre les dossiers déposés en préfecture.

Voici deux mois qu’en préfecture du Nord, on reporte de semaine en semaine les rencontres, alors que l’état de santé des grévistes se dégrade de jour en jour.

Loin des déclarations sur l’ouverture au dialogue, les services de l’Etat nous donnent aujourd’hui le sentiment de jouer la montre.

L’expulsion de deux grévistes algériens ce dimanche, à la veille du réveillon, en dépit de toute considération sur leur état de santé, en dépit de la parole donnée sur l’absence d’expulsion des grévistes de la faim, fait
tomber les masques. Cette expulsion écœurante fait d’ailleurs suite à un jugement en appel demandé par l’Etat quand une première décision de justice avait statué en faveur d’une libération des deux sans papiers.

Un préfet nommé hier par Nicolas Sarkozy poursuit aujourd’hui sous François Hollande les mêmes objectifs. Nous mettons en garde le gouvernement qui prend une lourde responsabilité en choisissant de se placer dans cette continuité, et lui rappelons  que nous n’avons pas contribué à faire élire M. Hollande pour ses beaux yeux, mais pour en finir avec la politique sarkozyste.

La réponse à la situation des sans papiers lillois dépasse donc  le traitement administratif des dossiers individuels par les services préfectoraux.  Il y a ici un choix politique, celui de ne pas reconnaître
l’injustice faite aux sans papiers, celui de nier le caractère collectif de leur lutte.

Il faut une réponse politique et des engagements clairs pour que cesse la grève de la faim. D’urgence.

Alors certes, la grève de la faim ne fait plaisir à personne. Elle fait désordre. Mais, comme l’écrivait le prix Nobel de littérature et pacifiste Romain Rolland, « quand l’ordre est injustice, le désordre est déjà un
commencement de justice ».

Le PCF présente ses vœux fraternels aux sans papiers en lutte, et leur souhaite de voir leurs revendications aboutir au plus vite. 
Joseph Demeulemeester, secrétaire de section de Lille du PCF

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire