Appel

mardi 22 janvier 2013

PCF Section du Grésivaudan :conférence de section du 19/01/2013

Pour un PCF exigeant et combatif

Samedi 19 janvier 2013, les communistes du Grésivaudan se sont réunis en conférence de section pour préparer leur 36ème congrès. Les discussions, parfois vives tout en restant fraternelles, ont permis aux participants de débattre de l’action du parti dans la période écoulée.
L’actualité politique en général et les politiques menées par la droite sarkozyste puis par Hollande ont été analysées avec attention et remises dans une perspective de crise du capitalisme, de marche forcée vers toujours plus d’austérité et de lutte de classes.

Un Front de Gauche toujours plus rassembleur
Les communistes ont ensuite longuement discuté de l’avenir de leur parti, après avoir constaté que le parti est toujours bien vivant malgré les menaces qui pesaient sur son existence il y a encore quelques années. Depuis, il y a eu l’irruption du Front de Gauche qui a permis au parti d’œuvrer à un rassemblement durable des forces de gauche de transformation.Un premier bilan de cette expérience a ainsi pu être tiré, faisant surgir de nouvelles interrogations, notamment concernant l’articulation entre le travail du parti et celui du FdG à différentes échelles (nationale et locale). Un élargissement du FdG est souhaité par les participants, à condition cependant que le parti ne s’y dissolve pas et conserve son identité propre.

L’avenir du parti s’écrit aujourd’hui
Les élections municipales de 2014 ont aussi été abordées. Majoritairement, elles sont envisagées nationalement sous l’angle du rassemblement autour du Front de Gauche, avec bien entendu des variations au niveau local en fonction des forces et de la taille des collectivités.
Le travail suivant a consisté à arrêter les comptes de la section  et à faire un bilan  de l’activité depuis le précédent congrès.
Les communistes ont eu à renouveler (ou reconduire) leur équipe :  le bureau de section avec son secrétaire de section.

Enfin cette journée s'est achevée par un repas fraternel partagé par une trentaine de camarades et de sympathisants.
Moment convivial et encore très politique, puisque dans la tradition des banquets-débats de la Grèce antique et démocratique, plusieurs militants ont interpelé l'assemblée et ont échangé sur les enjeux de la crise sahélo-malienne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire