Appel

samedi 13 avril 2013

Christophe Ramaux: Il nous faut un choc de demande!

Membre du collectif des Économistes atterrés, Christophe Ramaux, maître de conférences à Paris-I-
la Sorbonne, s’inquiète de la politique du « tout-austérité » prôné depuis un an par François Hollande.
Le président de la République a adressé une fin de non-recevoir à ceux de ses ministres appelant à une « inflexion » de sa politique budgétaire. Même si François Hollande s’en défend, l’austérité semble plus que jamais à l’ordre du jour, selon vous 
est-ce la bonne méthode pour sortir la France de la crise ?

Christophe Ramaux. C’est une politique vouée à l’échec. Nous sommes en réalité dans l’acte II de la crise. Lors de l’acte I écrit en 2008, tout le monde s’accordait à dire que les politiques néolibérales avaient échoué. Et pourtant, dès 2010, ceux-là mêmes qui ont plongé l’Europe et le monde dans la crise ont repris la main. Aujourd’hui le gouvernement de François Hollande ne fait qu’obéir à la nouvelle doxa des ultralibéraux, à savoir faire passer la dette publique comme responsable de tous les maux. Pour ce faire, deux cures d’austérité sont proposées à cette Europe – il est vrai bien malade –, une cure d’austérité budgétaire et une cure d’austérité salariale. Trois ans plus tard, il faut être aveugle pour ne pas voir les conséquences de telles mesures. En Grèce, en Espagne, au Portugal, tous les pays qui ont été traités de cette manière voient leur économie encore plus mal en point. Aujourd’hui la Grèce connaît une dépression semblable à celle des années 1930 avec – 20 % de baisse de son PIB depuis le début de la cure d’austérité ; le Portugal voit également son PIB chuter de 10 % depuis qu’on lui inflige les mêmes recettes.
Cette logique économique qui affirme que la réduction de la dette publique est la condition sine qua non à l’indépendance de la France est-elle justifiée ?

Christophe Ramaux. Si la France continue à maintenir le cap de l’austérité, nous aurons à terme les mêmes problèmes que nos voisins du Sud. Donc il n’y a rien de justifié dans une telle construction idéologique. Tout au contraire, les politiques d’austérité ont fait exploser la dette de ces pays et les rendent de fait de plus en plus fragiles et dépendants. Le pays où la dette publique a le plus augmenté ces deux dernières années est le Portugal. Elle est passée de 95 % du PIB début 2011 à 120 % du PIB à la fin 2012. C’est le résultat concret et visible de cette politique inepte.
Lire la suite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire