La fete des Allobroges

lundi 29 avril 2013

Le 5 mai, ensemble, la marche du renouveau social et démocratique

Par Patrick Le Hyaric
La marche unitaire et citoyenne du 5 mai permet à toutes celles et ceux qui, il y a un an, ont voulu le changement à gauche, de se faire entendre contre la finance et pour proclamer « l’humain d’abord ».
En effet, désormais, c’est le peuple en entier qui va de plus en plus souffrir de l’austérité. Elle est une implacable vis sans fin, serrée à contre-courant de la raison et de l’intérêt général par le vorace appétit des ogres de la finance. Selon eux, après l’austérité, c’est encore et toujours l’austérité. Ainsi, en vertu des règlements européens et du dernier traité, notre pays comme les autres, doit présenter sa « trajectoire » de correction budgétaire. Dit autrement : informer la commission de Bruxelles des nouvelles coupes à faire dans les services publics, dans les prestations sociales.
Répondant du tac au tac, le ministre de l’économie a pu les rassurer en leur promettant 14 milliards d’euros de diminution dans les dépenses publiques et à nouveau 6 milliards d’euros de nouvelles augmentations d’impôts. Ceci doit se faire, paraît-il, au nom du respect des critères maastritchiens de réduction des déficits publics. Mais, cela fait quatre ou cinq plans de serrage de vis et après chacun d’eux, on nous annonce que le déficit augmente. Facile à comprendre ! Plus on réduit l’activité et plus le chômage augmente, plus on  a de dépenses sociales dues au sous-emploi et moins on a de recettes fiscales. C’est ce qui se passe aussi en Espagne, au Portugal, en Grèce, à Chypre. De fait, notre pays et l’Union européenne rentrent en récession. Il faut donc d’urgence arrêter cela en prenant des mesures de relance de l’activité en France et en Europe comme le réclament les organisations syndicales et des personnalités de plus en plus nombreuses, venues d’horizons très divers. Notre pays doit se faire le champion de ce changement de cap, le dire haut et fort au monde de la finance, aux autorités européennes et aux dirigeants allemands. La zone euro n’a pas vocation à être une zone mark déguisée, au seul service des intérêts égoïstes des capitalistes d’outre-Rhin ! Le véritable naufrage économique et social en cours, doublé de l’approfondissement d’une fracture politique, démocratique, sociale à l’œuvre, peut conduire au pire. C’est donc une grande œuvre de salubrité publique que de faire de la journée du 5 mai l’amorce d’un grand mouvement unitaire, citoyen, dynamique, porteur d’espérances.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire