Appel

mercredi 1 mai 2013

Un livre blanc de la défense dans la continuité des choix de Sarkozy

Le livre blanc de la défense qui vient d’être remis au Président de la République, s’inscrit dans la continuité des choix politiques fait par le livre blanc de 2008, à savoir : Une armée professionnelle, sous domination de l’Otan, orientée vers l’intervention extérieure particulièrement en Afrique et dans le bassin méditerranéen. La mortifère confusion entre défense nationale et sécurité intérieure est confirmée. L’austérité budgétaire annoncée, ne fera qu’accroître l’intégration de l’armée française dans l’Otan.

Les conditions même de rédaction de ce livre ont été révélatrices des dérives structurelles de la Ve République. En effet plus que jamais les questions de défense sont l’apanage du seul chef de l’Etat assisté d’une batterie d’« experts » autoproclamés. Pour la première fois depuis 1972, les partis politiques n’ont même pas été auditionnés.

Pour sa part, le PCF considère qu’un véritable débat démocratique sur la politique de défense de notre pays, ses objectifs et ses moyens, est absolument nécessaire. Il s’impose de retisser le lien armée-nation autour de la construction d’un outil de défense citoyen contribuant à assurer l’indépendance et la souveraineté de notre peuple. Ce qui implique de rompre avec la conception d’une armée professionnelle d’intervention extérieure intégrée à l’Otan.

Une politique de défense indépendante ne peut se concevoir hors du cadre général de la politique étrangère de notre pays. La France doit mener une politique extérieure visant à la résolution des conflits dans les cadres du respect des droits humains, du droit de chaque peuple à disposer de lui-même et des ressources de son territoire national, mais aussi en promouvant les notions de biens publics communs universels et le partage des savoirs et des savoirs faire. Cette politique de résolution des conflits doit conduire à la sécurité collective, au désarmement multilatéral et à la Paix.

Cette nouvelle politique de défense appelle de fortes initiatives multilatérales ainsi qu’une VIe République qui redonnera le pouvoir aux citoyens sur cette question cruciale pour l’existence de notre pays.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire