Liste UN ENGAGEMENT COMMUN

Liste UN ENGAGEMENT COMMUN
Liste UN ENGAGEMENT COMMUN

jeudi 6 février 2014

De quoi la "théorie du genre" est-elle le fantasme?

Par Elisabeth Roudinesco
Réunis en une grande coalition boursoufflée, voici que les représentants de l'extrême-droite, toutes tendances confondues - anti-mariages gay, appuyés sur un catholicisme intégriste, salafistes habités par la terreur d'un maléfique lesbianisme américain, lepénistes anti-système, baroudeurs de la quenelle, anciens du Groupe uniondéfense (GUD), multiples partisans de Dieudonné, de Robert Faurisson, d'Alain Soral, de Farida Belghoul, de Marc Edouard Nabe et autres écrivains illuminés, habitués des plateaux de télévision -, nous offrent un spectacle tonitruant pour commémorer le quatre-vingtième anniversaire de l'irruption des ligues fascistes hurlant contre la République, sur fond de crise économique majeure. Les images partout diffusées ressemblent à celles du 6 février 1934, même si les protagonistes de ces défilés intitulés "jour de colère" se détestent les uns les autres et affirment ne pas partager les opinions de leurs alliés. La haine de l'autre est toujours enfantée par l'union de ceux qui se haïssent entre eux. Rien à voir avec le magnifique poème biblique sur la colère de Dieu (Dies Irae).
Et c'est pourquoi on retrouve dans leurs rangs une même thématique : slogans conspirationnistes, détestation des élites, des intellectuels, des femmes, des étrangers, des immigrés, de l'Europe cosmopolite, des homosexuels, des communistes, des socialistes et enfin des Juifs, le tout ancré dans la conviction que la famille se meurt, que la nation est bafouée, que l'école est à l'agonie, que l'avortement va se généraliser, empêchant les enfants de naître, et que partout triomphe l'anarchie fondée sur une prétendue abolition généralisée de la différence des sexes.
Le thème n'est pas nouveau, il était déjà présent sous une autre forme dans certains discours apocalyptiques de la fin du XIXe siècle qui affirmaient que si les femmes travaillaient et devenaient des citoyennes à part entière, elles cesseraient de procréer et détruiraient ainsi les bases de la société, laquelle serait alors livrée, d'un côté aux "infertiles" - sodomites, invertis et masturbateurs - agents d'une dévirilisation de l'espèce humaine, et de l'autre aux Juifs, soucieux, d'établir leur domination sur les autres peuples en usant d'une fertilité sans commune mesure avec celle des non-Juifs. Le thème du Juif lubrique, incestueux et pourvu d'un pénis sans cesse érigé, aussi proéminent que ses fosses nasales, est une des constantes du discours antisémite.

Aujourd'hui, les ligues de la colère prétendent dénoncer, après le vote de la loi sur le mariage entre personnes du même sexe, un nouveau complot fomenté à la tête de l'Etat pour détruire davantage la famille et la différence anatomique des sexes. Il aurait pour objectif d'imposer l'enseignement dans les écoles républicaines d'une prétendue "théorie du genre" visant à transformer les garçons en filles, les filles en garçons et les classes en un vaste lupanar où les professeurs apprendraient aux élèves les joies de la masturbation collective. On retrouve ici le thème de l'infertilité érigé en complot contre la reproduction sexuée et l'idée de la généralisation de l'accouplement entre personnes du même sexe. En effet, aucun enfant ne peut naître biologiquement d'un acte sexuel qui unirait une femme devenue homme et un homme devenu femme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire