WWW.2017.pcf.fr

lundi 31 août 2015

Université d'été du PCF 2015 - Discours de clôture de Pierre Laurent

L’avenir de la Grèce (et de l’Europe) n’est pas écrit !

Par Francis Wurtz
Le terrible revers grec pose une question vitale : « comment faire bouger les rapports de forces en Europe et réorienter sa construction en vue de sa refondation ? »
Le 13 juillet noir de la Grèce a vu l’ambition transformatrice du gouvernement Tsipras se fracasser sur le « bloc des durs » – qui concentre aujourd’hui l’essentiel du pouvoir européen – et leur bras armé : la Banque centrale européenne. Ce terrible revers – même si les objectifs finaux d’un Schäuble n’ont pas été atteints – suscite naturellement une immense déception dans la gauche européenne. L’expérience de Syriza était la première brèche ouverte par un gouvernement dans la forteresse austéritaire européenne. Le courage des dirigeants grecs dans l’interminable bras de fer avec « les institutions » a forcé notre admiration. Leur loyauté exemplaire à l’égard des citoyens a nourri notre confiance. L’impressionnante dignité du peuple grec a dopé nos espoirs. La désillusion est aujourd’hui à la mesure de cette espérance. Dans ce contexte douloureux, les opinions les plus diverses sinon contradictoires s’expriment sur les causes de cette issue malheureuse. Certaines d’entre elles se concentrent sur les dirigeants grecs, et notamment le premier d’entre eux, accusé d’avoir capitulé quitte à sacrifier son peuple. Comment expliquer alors qu’il continue de bénéficier d’une large confiance de la part de ses concitoyens ? Ne serait-ce pas précisément en raison du respect qu’il leur témoigne en toute circonstance ?

D’abord, en leur donnant à voir l’ensemble des éléments de la situation, sans chercher à en émousser les contradictions, ni à taire ses propres erreurs. Ensuite, en les appelant à trancher les différends de fond qui ont surgi au sein de la majorité qu’ils ont élue. Enfin, en restant fidèle au projet qu’il incarne depuis la victoire de Syriza : il s’est, en effet, engagé – comme aucun de ses prédécesseurs ne l’avait jamais fait – aussi loin que le lui permettent les rapports de forces dans l’Europe d’aujourd’hui. Justement : comment les faire bouger, ces rapports de forces en Europe ? Voilà un enjeu crucial pour qui nourrit l’ambition de réorienter (pour de bon) la construction européenne en vue de sa refondation.
Lire la suite