WWW.2017.pcf.fr

mercredi 7 octobre 2015

Gouffre infranchissable

Par Patrick Appel-Muller
L'éditorial de Patrick Apel-Muller dans l'Humanité : "Ainsi, tandis que l’acte de violence de l’ouvrier apparaît toujours, la responsabilité profonde et meurtrière des grands patrons, des grands capitalistes se dérobe, s’évanouit dans une sorte d’obscurité. » Entre Jaurès et le tandem Hollande-Valls, un gouffre infranchissable."
Une chemise déchirée pèse plus que le sort de 2 900 salariés. Bombant le torse, le premier ministre s’est précipité, hier, au siège d’Air France pour traiter de « voyous » les employés qui ont molesté deux dirigeants, annoncer des « sanctions lourdes » et proclamer que « la France est sous le choc ». Ces incidents étaient tout à fait regrettables, mais quel contraste entre sa compassion envers deux cadres – surjouée, pour que l’émotion de l’opinion paralyse la résistance des salariés – et l’indifférence tranquille de Manuel Valls à l’égard des milliers de syndicalistes, harcelés par leur hiérarchie, brimés dans leur carrière et bien souvent licenciés !

Qui a allumé la mèche de ce désespoir sinon une direction qui multiplie les licenciements et cherche à opposer navigants et « rampants » ; sinon un gouvernement qui proclame son amour aux patrons et reste intransigeant aux revendications des salariés ; ou encore un président rallié au libéralisme qui veut réduire ce qui revient au travail pour mieux servir le capital ? Rappelez-vous des cris d’orfraies après un coup de colère des Conti dans une préfecture. Les mêmes trémolos s’étaient fait entendre, puis un silence de plomb avait ­accompagné les jugements en faveur des ouvriers, leur abandon par le pouvoir et des vies brisées, certaines jusqu’au suicide. La compassion dans les médias dominés par les géants du CAC 40 est une valeur indexée sur la Bourse. Jaurès rappelait en 1906 : « Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles ­tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclats de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continuent la lutte seront exclus, seront chassés, seront désignés (...) à l’universelle vindicte patronale.(...) Ainsi, tandis que l’acte de violence de l’ouvrier apparaît toujours, la responsabilité profonde et meurtrière des grands patrons, des grands capitalistes se dérobe, s’évanouit dans une sorte d’obscurité. » Entre Jaurès et le tandem Hollande-Valls, un gouffre infranchissable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire