WWW.2017.pcf.fr

lundi 18 juillet 2016

Communiqué de la Fédération de l'Isère du Parti communiste français ECOPLA


La logique humaine doit primer sur la logique financière.
Ce lundi 18 juillet, au tribunal de commerce de Grenoble, se tenait l'audience du recours en tierce opposition, opéré par l'association des amis d'Ecopla et des salarié-e-s de l'entreprise. Ils s'opposaient à la décision de refuser la reprise en SCOP de cette entreprise située à Saint-Vincent-de-Mercuze.
...
De nombreux salarié-e-s, élu-e-s locaux, syndicalistes et citoyen-ne-s étaient venu-e-s apporter leur soutien. Parmi eux, Annie David, sénatrice communiste de l'Isère, Roger Cohard, Maire du Chelyas, Joël Marseille, 1er Adjoint de Tencin étaient présents. Devant l'affluence, le juge a du tenir audience dans une salle plus grande.
Pour rappel, le jeudi 16 juin 2016, le tribunal de commerce de Grenoble a rendu son jugement : les machines et outillages qui font la valeur de l’entreprise Ecopla, dernier fabricant français de barquettes aluminium et leader sur ce marché, sont vendues à un groupe italien qui est son concurrent direct. Ce groupe n'envisage en aucun cas la poursuite de l'activité dans le Grésivaudan. C’est cette décision qui était attaquée aujourd'hui par les salarié-e-s. Ceux-ci avaient fait une offre de reprise en SCOP, prenant en compte la reprise de l'activité sur site, préservant l'emploi et le savoir-faire local.
A l'écoute des plaidoiries, on s'est aperçu que deux mondes s'opposaient. Alors que l'avocat des salariés et de l'association des ami-e-s d'Ecopla défendait une vision globale de ce dossier, prenant notamment en compte les coût sociaux et économiques pour ce bassin d'emploi, les représentants de l'entreprise italienne, mais hélas aussi, ceux des mandataires de la liquidation, ont opposé des visions purement comptables et financières.
Le président a mis son jugement en délibéré à fin août ou début septembre. D'ici là, nous continuons à soutenir sans faille la lutte des salarié-e-s d'Ecopla, et au-delà, de tout un bassin industriel, riche d'un savoir-faire irremplaçable.
Assez de paroles, des actes ! Les pouvoirs publics doivent agir pour l'emploi et non pour la finance !
Comme le dit le slogan des salariés d'Ecopla en lutte :
« Notre ami, c'est l'emploi, Ecopla Scop vivra ! »
Fait à Grenoble, le 18 juillet 2016

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire