WWW.2017.pcf.fr

vendredi 23 décembre 2016

Après de mois de lutte exemplaire,



Après de mois de lutte exemplaire, le combat a franchi une étape nouvelle semaine, en effet :
-     Mardi 20 décembre 10h, alerté par un voisin, un rassemblement se met en place pour empêcher l’enlèvement des machines de l’usine Ecopla à St Vincent de Mercuze dans l’Isère.

-     17h  première Assemblée Générale sur place, il est décidé à l’unanimité de placer l’usine ECOPLA sous PROTECTION. S’organise ainsi la tenue du « piquet de protection » jour et nuit.

-     Ni le froid, ni la violence du capitalisme, ni l’indifférence du gouvernement n’aura de pouvoir sur la détermination de ceux et celles qui luttent avec les Salarié_e_s d’ECOPLA : villageois, élus locaux, travailleurs du Grésivaudan et d’ailleurs, syndicalistes, militants politiques, associatifs, étudiants, retraités….Première nuit autour des braseros.

-     Mercredi 21 décembre : Menace des forces de police de disperser le mouvement, première demande d’un huissier de justice de quitter les lieux. Seconde Assemblée générale : décision de reconduire le « piquet de protection ». Seconde nuit autour des mêmes braseros.

-     Jeudi 22 décembre :

Seconde demande d’une autre Huissier de quitter les lieux. Premier fruit de la lutte : le ministère propose une rencontre tripartite à Bercy : Ministère, Cuki (repreneur des machines outil) et les salarié-e-s d’Ecopla. Ce RV était demandé depuis plus de 2 mois par les salarié-e-s. C’est bien la mobilisation, la détermination qui a permis cette première rencontre. Le Ministère s’est engagé  à garantir le maintien de l’outil de production jusqu’à cette date du 10 janvier.

Troisième Assemblée Générale : en contrepartie de ce RV, la demande est de laisser les travailleurs envoyés par Cuki entrer dans l’usine, notre condition reste : aucun enlèvement de machine.
Quatrième assemblée Générale : décision de maintenir une vigilance jusqu’à la tenue de l’Assemblée Générale du 2 janvier 18h. A ce moment-là nous déciderons ensemble des suites : piquet de surveillance, manif, tractages… renforcement des commissions de travail décidé sur le piquet initial.

Avant le 2 janvier : restons tous vigilant et « connectés ». Suite à l’Ag du 14 décembre à la bourse du travail, + de 300 n° de téléphone ont été recensés. Cette base servira à plusieurs d’entre nous pour rassembler tout le monde en cas de venue des camions.

Une lutte, un combat, une expérience du processus démocratique, le respect des autres et avant tout de l’avis des salarié-e-s d’Ecopla : c’est ce que nous avons vécu ensemble et que nous vous proposons de continuer ensemble.

ECOPLA VIVRA

Grenoble, le 23 décembre 2016

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire