WWW.2017.pcf.fr

mardi 27 décembre 2016

Sombre bilan, pour Ian Brossat

 
 
Pour Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris Anne Hidalgo, François Hollande n'a pas de quoi se réjouir totalement de la baisse du chômage. Sur LCI, le candidat PCF aux législatives estime quele quinquennat reste sur "un échec".
La France vient d'enregistrer un troisième mois de baisse consécutive du chômage, fait inédit depuis la crise financière de 2008. Et pourtant, la gauche de la gauche constate toujours "l'échec" de François Hollande sur le front de l'emploi.

Invité de LCI ce mardi matin, Ian Brossat, adjoint communiste à la maire de Paris en charge du Logement, a commencé par se réjouir "pour ceux qui ont réussi à trouver un emploi". Pour autant, le candidat aux législatives dans la 17e circonscription de la capitale rappelle que, "depuis 2012, il y a eu un million de personnes en plus au chômage". Pour parvenir à ce chiffre, l'élu PCF a additionné les catégories A, B et C qui incluent donc les travailleurs occasionnels, la seule catégorie A concernant un demi-million de personnes. D'où son verdict sur le bilan de François Hollande : 
C'est l'échec du quinquennat et des politiques d'austéritéIan Brossat
Interrogé sur les "regrets" que François Hollande ou certains proches auraient formulés sur le retrait du président de la course pour la présidentielle de 2017, et sur la possibilité d'un retour politique, l'adjoint parisien au Logement évacue par une boutade : "Je sais que c'est la période des fêtes et que les uns et les autres boivent un peu trop, mais ce n'est pas crédible".

Ian Brossat, dans la ligne du PCF, juge que la seule solution pour rassembler une gauche "très divisée" à la présidentielle est la candidature "alternative" de Jean-Luc Mélenchon. "S'il donne la priorité à la question essentielle des inégalités, je suis convaincu qu'il peut être très haut au premier tour de l'élection présidentielle." Pas question, donc, pour l'adjoint d'Anne Hidalgo, de rallier un socialiste, qu'il s'agisse de Vincent Peillon, soutenu par la maire de Paris, ou même de Benoît Hamon, le représentant de l'aile gauche du parti, dont certains éléments de programme semblent compatibles avec Jean-Luc Mélenchon.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire