WWW.2017.pcf.fr

dimanche 19 mars 2017

Ecopla Scop : c’était un beau projet !


   
   
   St    Vincent    de    Mercuze,    le    19    mars    2017 

     Les    porteurs    de    projet    contraints    de    suivre    une    autre    voie.   
   
   
Plus    qu’un    projet    humain,    c’était    un    projet    de    vie.    La    possibilité    de    remettre    l’homme    au    centre    de    l’entreprise    et    d’avoir    le    pouvoir    de    décision    démocratiquement    :    1    salarié,    1    voix.    C’était    aussi    la    sauvegarde    d’un    savoir-faire,    le    maintien    d’un    made    in    France    et    d’un    emploi    durable    dans    la    belle    Vallée    du    Grésivaudan.    Le    projet    dans    son    état    actuel    est    trop    éloigné    de    notre    autonomie,    de    notre    identité,    de    nos    valeurs,    valeurs    dont    nous    ne    dérogerons    pas    :    intégrité,    solidarité    et    valorisation    du    travail    dans    le    partage.   
   
Ils    sont    complices    de    cet    abandon    !    Comme    vous    le    savez,    en    2016,    nous    avons    été    confrontés    :        - au    tribunal    de    commerce    de    Grenoble    et    au    Ministère    de    la    Justice    avec    des    décisions    injustes    et    scandaleuses    :    vendre    un    savoir-faire    de    plus    de    60    ans    pour    une    somme    dérisoire,    pénaliser    un    projet    industriel    qui    garantissait    le    maintien    de    l’emploi    et    d’une    activité    pérenne,    - au    Ministère    de    l’Industrie,    de    l’Economie    et    des    Finances    :    après    l’ignorance    de    Macron,    nous    avons    été    bernés    par    un    ministre    Sapin,    une    secrétaire    d’Etat    Pinville    et    leurs    conseillers    :    Dupas-Laigo,    Raquillet,    le    commissaire    au    redressement    productif    Eury    et    les    autres.    Nous    avons    été    dupés    par    tous    ceux-là,    qui    nous    ont    promis    des    visites    sur    site    pour    le    redémarrage    d’Ecopla    fin    mars    2017.       
   
La    vérité    aujourd’hui    c’est    qu’il    n’y    a    plus    aucun    outil,    aucun    moule    dans    l’entreprise    Ecopla.    Voilà    le    résultat    des    négociations    du    10    janvier    à    Bercy,    alors    qu’on    nous    avait    promis    un    partenariat    qui    respecterait    notre    projet    de    Scop    autonome.    Nous    n’avons    plus    confiance    en    ce    partenaire    CUKI    qui    agit    en    totale    contradiction    avec    ses    engagements.    Et    qui    le    fait    sans    la    moindre    réaction    du    gouvernement,    acteur    démissionnaire    dans    ce    redémarrage    rapide    de    la    production.   
   
Le    gâchis    continue    pour    l’industrie    française…   
   
C’était    une    lutte    honorable,    juste    et    légitime.    Nous    nous    sommes    engagés    corps    et    âmes,    nous    avons    rencontré    des    femmes    et    des    hommes    inoubliables,    vécu    des    moments    forts,    avons    dépassé    nos    limites    ;    nous    en    sortons    grandis    et    fiers    !    Nous    continuons    à    porter    haut    et    fort    la    Loi    Ecopla    pour    sauver    des    emplois    et    voir    le    bon    sens    l’emporter.   
   
La    lutte    continue,    il    reste    tellement    de    combats    à    mener    pour    changer    l’avenir.   
   
   
Christophe    CHEVALIER                    Karine    SALAÜN   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire