Appel

mardi 16 mai 2017

Intercession pour une délivrance de titre de séjour « vie privée et familiale » Pour Monsieur Ted Mallory MBINGOU, Madame Marie-Gaëlle NGO KENDEK et leur fille Camille




A l’attention de Madame Malerba
Cheffe de service
Service de l'Immigration et de l’intégration
Préfecture de l’Isère
12, Place de Verdun
38000 Grenoble
   Madame,
Je tenais tout d’abord à vous remercier d’avoir bien voulu ré-ouvrir le dossier de cette famille qui n’a eu de cesse de se battre depuis de longs mois pour éviter l’éclatement familial qui pèse lourdement sur leurs têtes, en raison des risques d’expulsion dans des pays différents qu’elles encourent. Avec courage malgré la peur, avec détermination malgré les barrières financières qui se sont dressées devant eux suite à leur perte du droit à travailler, avec sagesse aussi et respect des règles de la République qui les accueille en son sein, sans jamais céder au sentiment d’injustice face à des lois qui, si elles ont vocation dans notre pays à répondre aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, permettent aussi malheureusement l’expulsion de travailleurs sincères qui contribuent à la richesse de notre pays, ils ont gardé l’espoir de pouvoir continuer à travailler et vivre en famille dans notre pays.
D’ailleurs, contrairement aux idées véhiculées dans certains médias, l’immigration représente un coût de 68 milliards d’euros et des recettes de 72 milliards, donc un apport net de presque 4 milliards (OCDE). Les immigrés contribuent à alimenter la richesse par habitant d’un pays comme la France. Ils créent de la richesse et de l’emploi, car ils sont aussi consommateurs, cotisants et contribuables (TVA et autres impôts). Ils apportent également une diversité culturelle et professionnelle qui favorise l’économie du pays d’accueil.
C’est pour témoigner que c’est dans cet esprit républicain auquel je suis très attachée en tant qu’élue de progrès social qu’évoluent Marie-Gaëlle et Ted. Leur parcours démontre leur obstination à travailler et à progresser dans les tâches et responsabilités au sein de la société française, malgré tous les obstacles qu’ils ont traversés et su surmonter. Je les rencontre régulièrement depuis décembre et je peux attester que c’est une famille qu’il serait vraiment dommage de séparer sans espoir que ses membres revivent ensemble quelque part un jour, la situation dans chacun de leur pays d’origine ne permettant pas de compter sur la délivrance de titres de séjours pour les uns et les autres. A chaque occasion où nous échangeons, c’est un plaisir de partager leurs expériences de vie et de vision sur les sujets d’actualité qui nous entourent, et de trouver des espaces de discussion ouverts sur le monde, la politique, le social, le travail, la condition parentale, l’implication associative et militante. Pour moi, Marie-Gaëlle et Ted sont déjà des citoyens français à part entière, qui n’ont pas d’autre ambition que de gagner leur vie honnêtement, de construire une famille épanouie et paisible où partage et respect mutuel se ressentent avec bonheur quand on les côtoie. Il ne leur manque que l’autorisation de rester et travailler, que permettrait pourtant la circulaire Valls.
A Saint-Egrève la zone industrielle s’est développée avec notamment de nouvelles offres de restauration qui correspondent à l’expérience de Ted. Je ne doute pas qu’il soit très rapidement embauché, au vu des responsabilités et compétences qu’il a déjà exercées dans ce domaine et au vu de ses capacités relationnelles. Quant à Marie-Gaëlle, elle a assumé avec un courage remarquable la formation d’aide-soignante entreprise à plusieurs heures de trajet de chez elle, dans des conditions financières épouvantables et je ne doute pas une seconde, si l’épée de Damoclès qui pèse sur elle est également levée, qu’elle réussisse à obtenir son diplôme puis à trouver rapidement un emploi dans un secteur de la santé toujours en tension comme vous le savez.
Pour toutes ces raisons, j’espère de toute la force de mes valeurs humanistes que vous accorderez un regard bienveillant à cette situation et que vous statuerez en faveur d’une délivrance de titre de séjour qui leur permette de travailler et vivre parmi nous.
Je vous remercie pour votre attention à mon courrier un peu long, mais qui traduit tout mon attachement à ces personnes de qualité.
Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de ma haute considération.

Sylvie GUINAND,
Elue municipale,
Membre de l’ANECR et de l’ADECR

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire