WWW.2017.pcf.fr

mercredi 31 mai 2017

Manifestation le 1er juin à Grenoble contre la fermeture de 6 bureaux de Poste

       
Le collectif J’aime ma Poste appelle à une marche le 1er juin prochain pour dénoncer « le choix de la rentabilité financière plutôt que celui du service public » et s’opposer à la fermeture possible de 6 bureaux de poste à Grenoble. En ligne de mire, dès 2018, ceux des quartiers Île verte et Championnet, en attendant ceux de Bajatière, Stalingrad, Eaux claires et Grand’Place. 




Rendez-vous est donné aux manifestants à 17 heures, devant le bureau de poste République, à proximité de l’office du tourisme et de l’arrêt de tramway Hubert Dubedout. En outre, une pétition a été mise en ligne, réclamant « le retour à un service postal de qualité dans ces bureaux, avec l’ensemble des services offerts, suffisamment de personnel et des horaires étendus ».

Un collectif qui unit habitants et organisations syndicales



« En agissant ensemble, on peut bloquer ces fermetures ! », clament les organisateurs de la marche. Une certitude déjà exprimée lors d’une réunion publique organisée le mardi 18 avril dans le quartier de l’Île verte.
Le collectif J’aime ma Poste appelle à une marche le 1er juin prochain pour dénoncer « le choix de la rentabilité financière plutôt que celui du service public » et s’opposer à la fermeture possible de 6 bureaux de poste à Grenoble. En ligne de mire, dès 2018, ceux des quartiers Île verte et Championnet, en attendant ceux de Bajatière, Stalingrad, Eaux claires et Grand’Place. Rendez-vous est donné aux manifestants à 17 heures, devant le bureau de poste République, à proximité de l’office du tourisme et de l’arrêt de tramway Hubert Dubedout. En outre, une pétition a été mise en ligne, réclamant « le retour à un service postal de qualité dans ces bureaux, avec l’ensemble des services offerts, suffisamment de personnel et des horaires étendus ». Un collectif qui unit habitants et organisations syndicales « En agissant ensemble, on peut bloquer ces fermetures ! », clament les organisateurs de la marche. Une certitude déjà exprimée lors d’une réunion publique organisée le mardi 18 avril dans le quartier de l’Île verte. Syndicats, citoyens, élus et candidats réunis le 18 avril contre la fermeture de bureaux de poste à Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net Syndicats, citoyens, élus et candidats réunis le 18 avril contre la fermeture de bureaux de poste à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net C’est à l’issue de celle-ci que s’est d’ailleurs constitué le collectif J’aime ma Poste et que se sont décidés les premiers modes d’action. Un collectif qui fait la démonstration de l’union entre citoyens et syndicats sur cette question. Y sont en effet représentés des habitants, les unions de quartier de plusieurs secteurs de Grenoble, mais également les syndicats Sud PTT Isère Savoie, CGT ou encore Force ouvrière. La municipalité de Grenoble s’oppose elle aussi aux fermetures Les élus ne sont pas en reste. Par la voix de Pascal Clouaire, adjoint en charge de la Démocratie locale, la municipalité de Grenoble a fait savoir qu’elle s’opposait à ces fermetures. Candidat En marche pour les Législatives, Olivier Véran a également pris la parole le 18 avril, appelant notamment les électeurs à interpeller les candidats sur cette question. La manifestation s’inscrit en outre dans un contexte particulier : le 24 mai dernier, Sud PTT a déposé une saisine aux prud’hommes de Grenoble afin d’obtenir la levée de sanctions sur quatre salariés. Mais aussi de faire reconnaître la « discrimination syndicale » qui règnerait dans l’entreprise, Sud dénonçant des « brimades et des menaces en permanence ».

Source : article Manifestation le 1er juin à Grenoble contre la fermeture de 6 bureaux de Poste | Place Gre'net - Place Gre'net
Le collectif J’aime ma Poste appelle à une marche le 1er juin prochain pour dénoncer « le choix de la rentabilité financière plutôt que celui du service public » et s’opposer à la fermeture possible de 6 bureaux de poste à Grenoble. En ligne de mire, dès 2018, ceux des quartiers Île verte et Championnet, en attendant ceux de Bajatière, Stalingrad, Eaux claires et Grand’Place. Rendez-vous est donné aux manifestants à 17 heures, devant le bureau de poste République, à proximité de l’office du tourisme et de l’arrêt de tramway Hubert Dubedout. En outre, une pétition a été mise en ligne, réclamant « le retour à un service postal de qualité dans ces bureaux, avec l’ensemble des services offerts, suffisamment de personnel et des horaires étendus ». Un collectif qui unit habitants et organisations syndicales « En agissant ensemble, on peut bloquer ces fermetures ! », clament les organisateurs de la marche. Une certitude déjà exprimée lors d’une réunion publique organisée le mardi 18 avril dans le quartier de l’Île verte. Syndicats, citoyens, élus et candidats réunis le 18 avril contre la fermeture de bureaux de poste à Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net Syndicats, citoyens, élus et candidats réunis le 18 avril contre la fermeture de bureaux de poste à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net C’est à l’issue de celle-ci que s’est d’ailleurs constitué le collectif J’aime ma Poste et que se sont décidés les premiers modes d’action. Un collectif qui fait la démonstration de l’union entre citoyens et syndicats sur cette question. Y sont en effet représentés des habitants, les unions de quartier de plusieurs secteurs de Grenoble, mais également les syndicats Sud PTT Isère Savoie, CGT ou encore Force ouvrière. La municipalité de Grenoble s’oppose elle aussi aux fermetures Les élus ne sont pas en reste. Par la voix de Pascal Clouaire, adjoint en charge de la Démocratie locale, la municipalité de Grenoble a fait savoir qu’elle s’opposait à ces fermetures. Candidat En marche pour les Législatives, Olivier Véran a également pris la parole le 18 avril, appelant notamment les électeurs à interpeller les candidats sur cette question. La manifestation s’inscrit en outre dans un contexte particulier : le 24 mai dernier, Sud PTT a déposé une saisine aux prud’hommes de Grenoble afin d’obtenir la levée de sanctions sur quatre salariés. Mais aussi de faire reconnaître la « discrimination syndicale » qui règnerait dans l’entreprise, Sud dénonçant des « brimades et des menaces en permanence ».

Source : article Manifestation le 1er juin à Grenoble contre la fermeture de 6 bureaux de Poste | Place Gre'net - Place Gre'net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire