WWW.2017.pcf.fr

samedi 27 mai 2017

Philippe Martinez : "Les ordonnances de Macron sont irrecevables!"

INTERVIEW - Le secrétaire général de la CGT affûte ses armes pour riposter au projet de réforme du Code du travail.

- Que vous inspire ce nouveau gouvernement?
- Je n'ai pas pour habitude de porter de jugement sur les ministres et sur ce qu'ils ont fait, mais c'est d'abord un gouvernement de communication. L'arrivée de Nicolas Hulot en est un exemple. On nous avait parlé de renouvellement… Certes, il y a des inconnus, mais d'autres ne sont pas des nouveau-nés comme Gérard Collomb, François Bayrou, Bruno Le Maire… Gérald Darmanin est peut-être jeune, mais pas en politique. Il s'est prononcé contre le mariage pour tous, ça n'est pas un signe de grande ouverture. On a un patchwork de gens de droite qui ont soutenu Juppé, Fillon ou Sarkozy. Cela dit, le Premier ministre a été honnête en disant qu'il était de droite.

- Et la nomination de Muriel Pénicaud, ancienne directrice générale de Business France, vous la saluez comme le font FO, le Medef et la CFDT?
- Certes, elle a démarré au cabinet de Martine Aubry dans le gouvernement Jospin. Mais j'en ai connu d'autres qui une fois devenus DRH dans une grande entreprise n'ont pas appliqué les 35 heures! Chez Danone, elle a mis en œuvre un plan de 900 suppressions d'emploi dont 200 en France et remis en question de nombreux droits pour les salariés de ce groupe. Ce qui a satisfait les actionnaires et Franck Riboud aussi. Depuis plusieurs années, elle fréquente plus les conseils d'administration que les ateliers ou les bureaux! Elle a un parcours de dirigeante d'entreprise, et le programme de Macron est clair. Elle est là pour l'appliquer.

- L'appel téléphonique du Premier ministre, jeudi, est-il de nature à vous rassurer sur ses intentions?
- Nous avons discuté quatre minutes trente et il nous a confirmé qu'il souhaitait nous rencontrer. Qu'un Premier ministre contacte les organisations syndicales la première semaine de sa prise de fonction est plutôt une bonne chose. C'est une attitude correcte.

- Sur la réforme du Code du travail, le gouvernement évoque plus une consultation…
- Ça ne veut rien dire une consultation! La loi Larcher prévoit une concertation sur les projets de loi en matière sociale. Il faut donc prendre le temps de discuter. À moins que la loi ne soit déjà écrite… Avec le gouvernement Valls, on a découvert le projet de loi travail dans un quotidien! Si Édouard Philippe et Emmanuel Macron ont cette conception de la concertation, il s'agit alors plus d'un affichage que d'un dialogue réel et sincère. Nous, on est prêts, on soumettra au Premier ministre une dizaine de mesures urgentes à prendre pour le pays. Si on écoute nos propositions, nous voulons bien parler du Code du travail. Mais notre objectif est de renforcer les droits des salariés. Pourquoi le gouvernement se comporterait-il comme le Medef, qui arrive en négociation avec un texte sur lequel on n'a ni marge de manœuvre ni possibilité d'amendement.
Lire la suite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire