Appel

vendredi 9 juin 2017

Attaques à Téhéran : L'organisation Etat islamique profite à plein de l'agressive rivalité entre l'Iran et l'Arabie saoudite


Le double attentat-suicide perpétré hier, 7 juin au matin, à Téhéran contre deux symboles forts du régime iranien – le mausolée de l'imam Khomeiny et le Parlement – a fait, à cette heure, 12 morts et une quarantaine de blessés.

Les attaques ont été presque immédiatement revendiquées par le groupe « Etat islamique » qui menace depuis plusieurs mois d'étendre sur le territoire iranien ses entreprises meurtrières. L'objectif est d'envoyer au monde le signal que nul n'est à l'abri, pas même un régime autoritaire aussi verrouillé et liberticide que la République islamique d'Iran, et aux dirigeants iraniens que la stabilité même du pays est maintenant en péril.
Il ne peut être anodin que cette action qui intervient dans une série sanglante depuis le début du ramadan – à Bagdad, Kaboul, Manchester, Londres – se déroule alors que l'Arabie saoudite, ses vassaux et ses alliés ont décidé de rompre leurs relations diplomatiques avec le Qatar en l'accusant de « soutenir le terrorisme », ayant pour objectif d'isoler l’Iran.

L'agressive rivalité entre l'Arabie saoudite et l'Iran par pays interposés ou directement, comme en ce moment-même au Yémen, ne fait que profiter au groupe « Etat islamique ».
L'urgence est que les dirigeants des deux pays, ceux des nations du Proche et Moyen-Orient, de leurs soutiens internationaux se rencontrent sous égide de l'ONU pour cesser sur-le-champ toute escalade d'ordre militaire. Leur intérêt commun – puisque l'Arabie saoudite a déjà été elle-même touchée par des actions meurtrières de l'EI – est de s'entendre pour démanteler les réseaux et filières djihadistes et assécher les soutiens financiers, matériels et humains.

Le Parti communiste français s'incline devant la mémoire des disparus de Téhéran et adresse à leurs familles et au peuple d'Iran ses condoléances ; le PCF apporte son soutien aux blessés et à leurs proches. La dictature théocratique iranienne ne sortirait que renforcée d'une escalade militaire supplémentaire dans cette région et, cette fois, sur son propre sol. Le PCF demande au président français de porter au Conseil de sécurité de l'ONU la proposition d'une conférence mondiale pour la paix et le progrès au Proche-Orient comme cadre de discussions multilatérales pour un vrai retour à la paix durable dans la région, et pour le monde entier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire