Appel

mercredi 15 février 2017

Violences et discriminations policières : "Agir pour de vrai" (Olivier Dartigolles)

Le gouvernement ne semble toujours pas prendre la véritable mesure de ce qui est aujourd'hui, pour la jeunesse des quartiers populaires, une violence quotidienne et permanente. Hier, sur les ondes de France inter, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a rappelé les résultats d'une récente étude réalisée par l'autorité administrative indépendante sur le contrôles au faciès. C'est accablant et terriblement dangereux. Dans cette enquête, 80% des jeunes hommes noirs et arabes indiquent avoir été contrôlés au cours des cinq dernières années, contre 16 % pour l'ensemble du panel.

Il s'agit donc d'agir pour de vrai et ne plus laisser ainsi se durcir une confrontation directe entre une partie de la population des quartiers populaires et une partie des forces de l'ordre.

Comment y répondre ? Avec quelles solutions précises ?
Le PCF propose d'agir dans trois directions :

- Les violences policières ont le plus souvent comme point de départ des contrôles d'identité abusifs, au faciès, pour lesquels l'Etat a déjà été condamné. Le récépissé lors des contrôles d'identité (promesse de campagne de François Hollande non tenue) a prouvé son efficacité dans les pays où il est appliqué.
- Les BST (brigades spécialisées de terrain) créées par Brice Hortefeux sont composées d'agents majoritairement peu expérimentés, mal formés, avec des missions centrées sur la seule répression, avec l'objectif de faire « du chiffre ». Seule une police de proximité, composée de policiers formés, encadrés, peut recréer un lien de confiance avec la population. A l'échelle nationale, le PCF propose le recrutement de 20 000 policiers et gendarmes avec une formation renforcée.
- Il faut en finir plus généralement avec le racisme avec la mise en œuvre par l'Etat d'un plan de lutte qui se traduise notamment par un renforcement des sanctions, des campagnes de communication inédites et une formation des agents publics, singulièrement des forces de l'ordre, à la lutte contre tout propos ou acte raciste et à l'accueil des victimes du racisme.

Ramener la gauche à gauche, c'est aussi avoir une grande ambition politique pour les quartiers populaires en termes d'emploi, de formation, de développement économique, d’éducation, de logement, de culture. Avec des missions de service public reconstruites et élargies. A dix semaines du premier tour des élections présidentielles, le PCF propose un grand débat national sur ces enjeux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire