Appel

dimanche 30 juillet 2017

Victoire pour les grévistes de l’EHPAD de Foucherans

La plus longue grève de soignants jamais menée se termine par une victoire. Elle a, en outre, permis de mettre en lumière la souffrance de personnels en sous-effectifs et les conditions de vie des personnes âgées dépendantes dans les établissements.
« C’est chouette, une lutte de classes qui gagne », s’exclame Anne-Sophie Pelletier, la porte-parole des grévistes de l’Etablissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad)- Les Opalines de Foucherans, oscillant entre sourire et larmes. Il aura fallu 117 jours de grève pour que ce conflit, le plus long qui ait jamais eu lieu dans un établissement pour personnes âgées, se termine. A l’issue de plusieurs jours de négociations avec Vincent Chagué, médiateur appelé par la direction du groupe SGMR-Les Opalines, un protocole d’accord a été conclu jeudi 27 juillet en début d’après-midi. Il sera présenté vendredi 28 juillet à 11 heures lors d’une conférence de presse qui se tiendra devant l’établissement : outre les deux postes de soignants financés par les ARS, les grévistes ont obtenu la création d’un observatoire du bien-être des personnels, le versement d’une prime exceptionnelle de 450 euros et l’attribution de trois semaines de congés payés supplémentaires cette année. Une manière de ne pas parler de paiement des jours de grève…
Demain, après cette conférence de presse, elles pourront enfin partir en vacances. Elles (et lui, un homme aide médicopsychologique a rejoint le mouvement le 20 avril) se retrouveront début août pour un séjour d’une semaine, invités par le comité d’entreprise d’EDF dans son centre de Mouthe. Le 28 août, les grévistes reprendront le travail, la tête haute. « Notre comité de grève se transformera alors en comité de vigilance », annonce Marielle Pauly, gréviste et déléguée du personnel. 
 « Il y aura un avant et un après Foucherans dans le secteur des Ehpad à but lucratif», affirme Albert Papadacci, le délégué syndical central CGT du groupe Korian qui a suivi les négociations. Cette grève, par sa longueur exceptionnelle a permis d’inviter les conditions de travail des personnels et donc de vie des personnes âgées dans le débat public. Et ce jusqu’aux travées de l’Assemblée Nationale par la voix de François Ruffin ou Caroline Fiat. Pour Anne-Sophie Pelletier, pas question de s’arrêter là. « Je veux continuer ce combat pour la dignité des personnes âgées ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire