Pour nos droits sociaux !

Pour nos droits sociaux !
Appel

mardi 9 juillet 2013

En Europe, les marchands d’armes ne connaissent pas l’austérité

Par Nathalie Pédestarres
Malgré la crise et les politiques d’austérité, les exportations d’armes font toujours recette. La France tire son épingle du jeu, avec un carnet de commandes qui ne désemplit pas. Parmi ses clients, la Grèce et l’Espagne, qui continuent d’acheter le matériel fabriqué dans l’Hexagone. Le montant des dépenses militaires en Europe rivalise avec celui des déficits budgétaires. Faute d’une transparence totale sur le commerce des armes, les chiffres annoncés ne reflètent pourtant qu’une partie de la situation. Explications.
La France fait partie des cinq premiers exportateurs mondiaux d’armement. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se félicite des 6,5 milliards d’euros de commandes honorées en 2011. Le gros des ventes est destiné aux monarchies du Golfe (Arabie Saoudite et Emirats Arabes Unis), aux États-Unis, à l’Inde, mais aussi aux pays européens, dont le Royaume-Uni et l’Espagne. Malgré les mesures d’austérité et les coupes budgétaires, l’Europe n’a pas diminué son budget d’achat d’armement. L’Espagne a plus que doublé ses achats d’armes auprès de la France : 102 millions en 2010, contre 216 millions d’euros en 2011. La Grèce n’est pas en reste : elle a dépensé 106 millions d’euros pour acquérir du matériel militaire en 2011 (dont 81 millions auprès de la France). En dix ans, le pays a acheté pour 4 milliards d’euros de matériels militaires, dont la moitié à la France.
Dépenses militaires contre déficits budgétaires
L’accès à ces informations est permis par l’application que vient de développer l’ONG britannique Campaing Against Arms Trade (CAAT) en partenariat avec le Réseau européen contre le commerce d’armes [1]. Cet outil permet à n’importe quel citoyen de connaître en un seul clic la valeur des exportations d’armes et d’équipements militaires sous licence des pays de l’UE (avions, munitions, équipements électroniques, blindés...), ainsi que les pays acheteurs. Le tout est répertorié par année depuis 1998, date à laquelle le Conseil européen a adopté le code de conduite de l’Union européenne en matière d’exportation d’armements [2].
Un rapport du Transnational Institute pointe du doigt la corrélation entre les achats d’armes de pays en sérieuses difficultés économiques – tels que l’Espagne, la Grèce, l’Italie et le Portugal – leur dette souveraine et les politiques d’austérité qu’ils imposent chez eux. « Le plus choquant, dans le contexte actuel d’austérité [économique], c’est que les dépenses militaires de l’UE se sont élevées à 194 milliards d’euros en 2010, l’équivalent de la somme des déficits annuels de la Grèce, de l’Italie et de l’Espagne », remarque l’auteur, le Néerlandais Frank Slijper, dans le prologue de son rapport.
Lire la suite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire