Appel

mardi 1 août 2017

Le PCF salue l'élection controversée d'une Constituante au Venezuela

Le Parti communiste français prend fait et cause pour le président vénézuélien, fortement contesté dans son pays et critiqué par la communauté internationale pour avoir réprimé dans le sang les manifestations de l'opposition.
Si Jean-Luc Mélenchon a récemment pris soin de garder ses distances avec le régime vénézuélien, le Parti communiste français n'a pas jugé utile d'en faire autant. Et ce malgré la sévère répression qui endeuille l'opposition, en proie aux dérives du président Maduro. Dans un communiqué publié lundi, le PCF salue l'élection dimanche d'une Assemblée constituante dans ce pays où une centaine de personnes a été tuée en quatre mois. Cette assemblée remplacera le Parlement, où l'opposition était majoritaire.
» Lire aussi - Les lendemains difficiles du rêve bolivarien de Mélenchon
Le PCF ne porte pas un regard bienveillant sur les considérations de l'opposition.... «41,53% des Vénézuéliens ont pu se rendre aux urnes ce dimanche 30 juillet, malgré un climat de violence accru par l'opposition au président Nicolas Maduro qui refusait de présenter des candidats au scrutin et qui entendait l'empêcher en rendant la situation incontrôlable», dénonce ainsi la place du Colonel-Fabien.

«De l'huile sur le feu»

Le PCF critique l'opposition qui «appelle déjà à des actions lundi et mercredi, jour d'installation de l'Assemblée constituante». «Elle est notamment appuyée par l'Administration américaine qui parle, avec l'élection de dimanche, d'un “pas vers la dictature” et qui brandit à nouveau la menace de sanctions, et par les autorités de Colombie, où un million de Vénézuéliens ont émigré pour fuir les violences et trouver du travail», s'insurgent encore les communistes. Ces derniers appellent à une «médiation internationale sous l'égide de l'ONU afin de rétablir la paix et la sécurité au Venezuela» plutôt que de «jeter de l'huile sur le feu».
» Lire aussi - Venezuela: dix personnes tuées lors de l'élection de l'Assemblée constituante
«Le Parti communiste français, partisan de la paix et du dialogue national, appelle le gouvernement français à agir fermement en ce sens plutôt que d'emboîter le pas à un président Trump qui multiplie ces jours-ci les déclarations et décisions agressives», écrivent-ils avant d'adresser leur «solidarité» aux «forces de paix, de la justice sociale et de la démocratie vénézuéliennes». Une expression utilisée pour qualifier le régime alors que le Parlement européen, notamment, a estimé qu'il était responsable d'une «répression brutale» à l'encontre de «manifestations pacifiques».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire