Appel

jeudi 10 mai 2012

Le vote Hollande, un vote de classe anti-Sarkozy

58% des employés et 68% des ouvriers ont voté François Hollande, dimanche à la présidentielle. Le discours anti-élite de Sarkozy n'a pas fonctionné.
Par FRANÇOIS WENZ-DUMAS

Trente ans: c’est le temps qu’il aura fallu à la gauche pour renouer avec ses fondamentaux. En 1981, François Mitterrand avait été élu comme candidat de la classe ouvrière et des jeunes, face à un Valéry Giscard d’Estaing associé aux diamants de Bokassa, qui tentait de faire peuple en jouant de l’accordéon dans les bals du troisième âge. Puis l’image de la gauche s’est brouillée.
D’abord par Jacques Chirac et sa «fracture sociale» de 1995. Puis puis par Nicolas Sarkozy qui se posait en 2007 en champion d’un peuple aspirant à «travailler plus pour gagner plus» face à une gauche «boboïsée» alliée aux bataillons de fonctionnaires arc-boutés sur leurs privilèges. Jusqu’à la fable du 1er mai, où Nicolas Sarkozy prétendait incarner une droite populaire défendant le «vrai travail» contre une gauche des élites et des assistés.
Notre sondage post-électoral réalisé par Viavoice pour Libération (1) remet les pendules à l’heure. «C’est l’échec de la tentative de Nicolas Sarkozy de fédérer les Français les plus modestes contre les élites», souligne François Miquet-Marty, directeur associé de Viavoice. Révélateur: quand on interroge les Français sur les raisons du vote sanction contre Sarkozy, la première réponse est «il est le président des riches» (53%). Et s’il a été battu, la crise n’y est pour rien : «il ne peut s’en prendre qu’à lui-même», répond une majorité de personnes interrogées (53%).
Ce sont les jeunes, les ouvriers et les employés, tous ceux qui trouvent que «la vie est dure» pour eux et qui ne se sentent pas «pris en compte dans la société actuelle», qui ont très majoritairement voté pour François Hollande. Les «cadres et professions intellectuelles» aussi, objectera-t-on, et c’est cette alliance qui peut expliquer la victoire du candidat socialiste. Mais pour la première fois depuis longtemps, la gauche redevient majoritaire dans les couches populaires: 58% des employés et 68% des ouvriers ont voté Hollande.
Lire la suite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire