Appel

jeudi 25 avril 2013

Insee : le taux de pauvreté augmente chez les enfants

D'après une étude de l'INSEE, le taux de pauvreté augmente quasiment de 20 % chez les enfants. Les femmes de plus de 75 ans sont aussi très nombreuses à vivre en dessous du seuil de pauvreté.
Un enfant sur cinq (2,7 millions) vit en dessous du seuil de pauvreté selon une étude de l'Insee parue ce mercredi matin. Cela signifie que sa famille vit avec moins de 964 euros par mois. Le taux de pauvreté augmente quasiment de 20 % chez les enfants. Plus la famille est grande et plus le risque d'être pauvre augmente.
Une autre tranche d'âge est particulièrement concernée par cette précarité, il s'agit des femmes de plus de 75 ans. Près de 16 % d'entre elles vivent en dessous du seuil de pauvreté. L'une des explications quant à la précarité de ces femmes, c'est leur faible retraite. Elles n'ont pas de carrière complète et la pension qu'elles reçoivent après le décès de leur mari est bien trop faible.
Les chiffres de cette étude sont ceux de 2010 avant la crise économique actuelle. Il y a donc fort à parier que les chiffres actuels sont encore plus inquiétants.
Seuls les plus riches s'en sortent leurs revenus augmentent même... des riches de plus en plus riches... des pauvres de plus en plus pauvres... tout va bien!!!


Inégalités de niveau de vie et pauvreté
Cédric Houdré, Nathalie Missègue, Juliette Ponceau - INSEE
Résumé
En 2010, le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou baisse, après avoir faiblement augmenté l'année précédente. Mis en regard du repli historique du PIB en 2009, suivi d'une reprise modérée de l'activité économique en 2010, ce résultat vient illustrer le rôle puissant de stabilisateur du système français de prélèvements obligatoires et de transferts sociaux.
Pour autant, au sein de l'ensemble de la population, les personnes les plus modestes sont particulièrement touchées depuis la crise. À l'inverse, le niveau de vie au-dessus duquel se situent les 5 %de personnes les mieux loties repart à la hausse, après avoir stagné en 2009. Parmi ces dernières, pour les 1 % des personnes les plus aisées, le début de la crise a interrompu une période de croissance forte des revenus déclarés (+ 5,5 % par an en moyenne de 2004 à 2008). Leurs revenus repartent à la hausse en 2010, plus fortement que ceux des autres, sous l'effet des revenus du patrimoine.
Lire la suite 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire