La fete des Allobroges

lundi 10 juin 2013

Financement des retraites: et si on s’intéressait aussi à l'emploi des femmes?

Par Fondation Copernic
L’effectif de population active est un paramètre très influent pour l’équilibre financier du système de retraites car, couplé au taux de chômage, il détermine le nombre de cotisants. Alors que le rapport Moreau sur l’avenir des retraites doit être remis la semaine prochaine au Premier ministre, tout exercice de projection du besoin futur de financement nécessite de faire des hypothèses sur l’évolution des taux d’activité des femmes et des hommes. Or les hypothèses de l’Insee sur lesquelles s’appuie le Conseil d’orientation des retraites (COR) se révèlent très conservatrices, et même régressives, vis-à-vis de l’emploi des femmes : elles n’intègrent aucune hausse de leur activité à l’avenir, sauf ponctuellement pour les plus de 50 ans, conséquence attendue des réformes passées.

Alors que jusqu’à ce jour, l’activité des femmes ne cessait de progresser - ce qui a permis une réduction (encore insuffisante) des inégalités entre les sexes -, alors que la part des femmes dans la population active se rapprochait de la parité (47,7 % en 2010), cette dernière est projetée à la baisse à partir de 2015 !

Aurions-nous donc atteint le seuil maximal d’égalité envisageable ? Le taux d’activité des femmes reste pourtant bien inférieur à celui des hommes (84,2 % contre 94,8 % dans la tranche des 25-49 ans en 2010). La France ne se classe qu’au 14ème rang européen, loin derrière des pays comme la Norvège, l’Islande, la Suède, etc. qui ne sont pas, eux-mêmes, des modèles indépassables en matière d’égalité. Il y a donc de larges marges de progrès, et on ne comprend pas le scénario du COR qui revient à enterrer l’égalité entre les femmes et les hommes… et à priver les régimes de retraite d’un fort potentiel de cotisantes.

En effet, si l’activité des femmes rejoignait celle des hommes, quelle que soit l’échéance, l’effectif de population active serait supérieur d’environ 5 % (4.8 % en 2020, 4.9 % en 2030) à celui prévu par les scénarios actuels. Quel serait alors l’impact sur les recettes des caisses de retraite ? En première approximation, cette augmentation se traduirait, à taux égal de chômage, par un accroissement relatif de même ampleur du volume de cotisations, près de 5 % donc. Or le COR (rapport de décembre 2012) a chiffré la hausse du taux de cotisation qui serait nécessaire pour équilibrer le système de retraites en 2020 : elle est de l’ordre de 2 points (2 % du volume de cotisations). Cela signifie donc que l'égalisation de l’activité des femmes et des hommes suffirait amplement à assurer cet équilibre ! Et même la moitié du chemin suffirait…
Lire la suite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire