Appel

jeudi 12 juillet 2012

Front de gauche bien installé, mais...

Par Roger Martelli
La séquence électorale est achevée. La gauche a gagné à deux reprises. Les socialistes retournent au pouvoir avec une majorité absolue. L’abstention législative est à son sommet. Le Front national relooké et conforté colore la droite tout entière. Le Front de gauche s’est installé vaillamment dans le paysage mais a moins de députés que le PCF n’en avait auparavant.
Tout n’a pas commencé dans la félicité. Jusqu’au mois de novembre dernier, les sondages donnent au candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon un score modeste, de 4 % à 8 %. Infiniment mieux que le très faible résultat communiste de 2007, déjà au-dessus du niveau annoncé pour Olivier Besancenot, toujours candidat putatif, mais très au-dessous des espérances, le total des estimations en faveur de la gauche de gauche se situant en-deçà des fatidiques 10 %. L’annonce inopinée du retrait de Besancenot à l’automne, libère toutefois brusquement l’espace de celui que les médias s’obstinent à classer sous l’étiquette malvenue de « populiste de gauche ».
En tout cas, la situation change brutalement au printemps. Alors que la campagne électorale semble s’assoupir, les sondages laissent entrevoir une sensible montée de l’ex-socialiste, qui sait marier la formule assassine (son « capitaine de pédalo », adressé à François Hollande, fait le buzz…) et la rigoureuse démonstration pédagogique. Le 18 mars, c’est le choc. Alors que 30 000 personnes maximum étaient attendues pour une manifestation parisienne de rue, ce sont 120 000 participants enthousiastes qui se pressent place de la Bastille. Dès lors la machine est enclenchée. Lille, Toulouse, Marseille… Les rassemblements populaires de plein air – une novation… – sont gigantesques et chaleureux et les sondages s’envolent. À tel point que certains se prennent à rêver : et pourquoi pas une présence au second tour ?
Paradoxalement, alors que les plus de 11 % de Jean-Luc Mélenchon constituent le plus gros résultat à la gauche du PS depuis 1981, le score du candidat et le fait qu’il ait été devancé par Marine Le Pen sont vécus comme une déception. Il n’y a pourtant pas de quoi. À lui seul, Mélenchon dépasse de 2,2 % le total des pourcentages du PCF et de l’extrême gauche en 2007. Alors que les voix s’étaient dispersées à la gauche du PS, entre 1995 et 2007, elles sont cette fois concentrées sur le Front de gauche. Le camouflet de 2007 est effacé.
Un début d’ancrage prometteur
Lire la suite 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire